Chapitre de Villeray, Champagne !

Une soirée en famille, entre amis, une petite virée chez les producteurs et vous voulez une place pour y inclure tous les vins dégustés? Voici l'endroit idéal pour le faire!
Raisin breton
Messages : 802
Inscription : Lun 31 Oct 2011 18:52
Localisation : Montréal

Chapitre de Villeray, Champagne !

Message par Raisin breton » Jeu 22 Mars 2018 13:26

Chapitre de Villeray, Champagne ! 16/03/2018

Un immense merci à Mauvaise Langhe qui nous a reçus et gâtés par sa cuisine gastronomique et sa générosité bacchique jamais démentie. Il nous avait conviés sur le thème de la Champagne pour une dégustation plaisir qui a tourné au dreamer champenois.

1ère vague
Tartine grillée de jeune comté, gelée de pomme safrannée

Domaine Bott-Geyl Paul-Édouard Crémant d'Alsace
50% pinot blanc, 30% chardonnay, 20% pinot noir.
Nez moyennement intense sur les tartes aux poires et au citron, la craie. Bouche fruitée, finement oxydative, mais trop amère et un peu molle. L’accord lui donne un peu d’équilibre avec le sucre mais toujours trop amer.

Fleury, Champagne Extra Brut 2004
80% pinot noir, 20% chardonnay
Nez assez intense, sur le rancio, le safran, la poire, la mirabelle et les fruits rouges. Bouche complexe, fine, sur un fil oxydatif/fraîcheur avec du fruit et des épices. Longueur moyenne (+). Bel accord sur le mariage des épices et qui apporte un surplus de tension et de fruit.

Bérêche et fils, Champagne 1er cru 2012 Les Monts Fournois Extra Brut
100% chardonnay
Nez moyennement intense, très frais, sur le citron, la poire, la craie et l’air marin. Bouche tout en structure, tranchante, droite, tendue, sur le citron, longue avec une bulle très fine. Plus tard, il s’ouvre et donne un profil plus doux. Très bon mais demande sûrement un peu de temps car en l’état c’est presque trop tendu. L’accord adoucit le tranchant et apporte un peu plus de fruit.


2ème vague
Rissole des sires de Coucy au raisin Muscat

Égly-Ouriet, Champagne Blanc de Noirs Grand Cru Les Crayères

Dégorgement 2017.
Nez d’intensité moyenne (+), sur le coing, le miel, le biscuit et la fraise. Bouche plutôt fruitée, pointe de rancio et caramel, dense, puissante et longue avec de beaux amers. Bel accord qui joue avec les épices, le raisin et le gras de la viande. Cependant, cette bouteille était très loin du niveau de celle bue en décembre dernier : il lui manque de la tension et de la fraîcheur. C’est donc une relative déception au dévoilement de la bouteille.

Pierre Gerbais, Champagne L’Audace
100% Pinot noir
Nez sur la pêche, la pomme et les fruits rouges. Bouche avec un beau volume tout en étant légère, bulle très fine, longueur moyenne, acidité pas très marquée. Accord neutre.

Pol Roger, Champagne 2008
Nez assez intense, sur la brioche, la poire et le gingembre. En bouche, belle tension, fins amers, légère brioche, long et salin. Belle bouteille. L’accord lui donne plus de fruit et de douceur, beau plaisir.


3ème vague
Bar en croute de Parmesan et de noisette, beurre blanc au homard.

Roederer, Cristal 2009

Très beau nez, complexe et frais, sur les agrumes, les épices jaunes et la noisette. En bouche, c’est un régal : dense mais aérien, bulle abondante mais fine et persistante, longueur énorme sur la salinité, les agrumes et le floral. Vrai mariage avec le beurre blanc.

Beaumont des Crayères, Fleur de prestige, Champagne 2006

50% chardonnay, 40% pinot noir, 10% pinot meunier.
Nez sur la crème, pointe de noisette et de fruit (forcément, derrière Cristal, il semble simple et peu intense mais pour lui-même il est bien agréable). En bouche, bulle fine mais courte, bel équilibre sans amertume, rondeur sans lourdeur et longueur appréciable. Bel accord de texture avec le poisson et le beurre blanc.


4ème vague
Chapon rôti au jus des bois, farce champenoise, poêlé de cèpes.

Bérêche et Fils, Ormes Rouge Les Montées, Coteaux Champenois rouge 2014

75% pinot noir, 25% pinot meunier.
Nez intense mais écœurant d’un boisé/beurré/vanillé qui écrase un fruit qui embaume pourtant bon la confiture de fraise et de mûre. Ça passe mieux en bouche avec la belle acidité qui équilibre la rondeur et le gras. Du fruit, pas d’amertume et une longue finale sur les fruits rouge, minérale et poivrée. À voir au vieillissement si ce boisé peut se fondre…

Bollinger, La Côte aux Enfants, Coteaux Champenois rouge 2013
100% pinot noir.
Superbe nez intense, floral, fruits rouges, cannelle. Bouche fraîche, tendue sans dureté, sensation minérale, longue. Bien sûr, le rqp est mauvais mais c’est un très beau vin.

Deux vins qui ont quelque peu divisé la tablée : tout le monde n’a pas été aussi gêné que moi par le boisé du Bérêche et le Bollinger avec son style élancé peut ne pas satisfaire tout le monde. De plus, même si tout le monde s’accordait pour dire que les rqp étaient au mieux moyens, certains pensaient qu’ils n’avaient pas à rougir face à la Bourgogne alors que d’autres pensaient qu’à ce prix il y a nettement meilleur. En tout cas, bien heureux d’y avoir goûté !


Dessert
Mousse décadente au chèvre frais , framboise et poivre grand cru.

Égly-Ouriet, Champagne Rosé

65% Pinot Noir, 35 % chardonnay
Œil saumon, beau nez de fraise, rhubarbe et crème pâtissière, le tout d’une grande délicatesse. La bouche est très tendue, avec une bulle vive et fine, belle longueur. Peut-être un peu dure en dégustation pure, elle se marrie très bien sur la crème à la framboise, sauf peut-être pour sa finale.

Bonus

Domaine des Perdrix, Vosne-Romanée 2009

Nez de fruits rouges, bois, terre chaude et humide. La bouche attaque en finesse, fruitée et ferreuse. Belle longueur mais une finale un peu végétale et asséchante. C’est bon mais un peu sévère.

Pour finir, un Morgon Cote de Py 2009 du domaine Piron qui, sans voler aux mêmes altitudes que les vins précédents, n’a pas démérité.

Merci les amis ! Le mois prochain : Saint-Aubin. :Bonjour:


"Qu'est-ce que vous regardez ? C'est la carte routière ? - Non ! C'est la carte des vins. C'est pour éviter les bouchons !" Raymond Devos

Avatar de l’utilisateur
phil the agony
Messages : 1757
Inscription : Mar 01 Nov 2011 16:33
Nom usager CellarTracker : phil the agony
Localisation : montreal

Re: Chapitre de Villeray, Champagne !

Message par phil the agony » Jeu 22 Mars 2018 15:24

Très belle degustation !!
Mauvaise Langhe est en conge tout les vendredi pour cuisiner comme ça.
Je sais que c'est un trippeux de champagne aussi.

:Bonjour:
Je bois pour oublier que je suis un ivrogne. (Alphonse ALLAIS)

Avatar de l’utilisateur
Le cave à vins
Messages : 2869
Inscription : Mar 12 Juin 2007 17:38
Localisation : Montréal

Re: Chapitre de Villeray, Champagne !

Message par Le cave à vins » Jeu 22 Mars 2018 15:43

Raisin breton a écrit :
Jeu 22 Mars 2018 13:26
Rissole des sires de Coucy au raisin Muscat
Pour les incultes comme moi, afin de vous évitez de demander à Google, un rissole de Coucy est "un chausson de pâte feuilletée garni d'un hachis de viandes de porc et de veau, assaisonné d'ail, d'oignons ainsi que d'herbes aromatiques".
Dans le fond, c'est un genre de Egg Roll de snob???
:P

Merci du CR! Belle soirée!
Nul n'est censé ignorer la Loire! Glougueule.fr

Avatar de l’utilisateur
3633
Messages : 2455
Inscription : Dim 23 Avr 2006 19:02
Localisation : Québec

Re: Chapitre de Villeray, Champagne !

Message par 3633 » Jeu 22 Mars 2018 19:21

:Bonjour: de nous partager ce beau moment .

Avatar de l’utilisateur
path133
Site Admin
Messages : 5320
Inscription : Sam 22 Avr 2006 10:58
Localisation : Sainte-Foy

Re: Chapitre de Villeray, Champagne !

Message par path133 » Jeu 22 Mars 2018 20:38

Wow, belle dégustation et Merci pour le CR :Bonjour:
Le cave à vins a écrit :
Jeu 22 Mars 2018 15:43
...Dans le fond, c'est un genre de Egg Roll de snob???
Ouf, Trop fort :lol:
path133

Avatar de l’utilisateur
ant-1
Messages : 1298
Inscription : Ven 23 Nov 2012 14:04
Nom usager CellarTracker : ant-1
Localisation : Montréal

Re: Chapitre de Villeray, Champagne !

Message par ant-1 » Dim 15 Avr 2018 15:23

Bon, il ne sera pas dit que JB sera le seul à faire des CRs pour le club.
J'attendais beaucoup cette dégustation car j'ai un amour grandissant pour les champagnes, ma cave est passée de 4 bouteilles à comme 30 en trois mois. Je découvre qu'on peut boire le champagne sur plusieurs jours (c'est souvent meilleur le lendemain !), le faire vieillir et surtout le servir autrement qu'à l'apéro. Je me régale ! À ce sujet je conseille le superbe livre de Peter Liem, qui est une aubaine à 50$ avec ses cartes magnifiques et contient une mine d'information. Son site champagneguide.net est également une mine d'infos, malheureusement c'est un one-man-army donc il ne goûte pas tous les millésimes.

C'était une dégustation exceptionnelle, surtout grâce à la bouffe de Mauvaise Langhe qui m'a pratiquement fait exploser l'estomac (j'ai eu mal trois jours), le chapon farci, quelle incroyable recette !
Cependant je reste un peu sur ma faim car je pense que nous avons dégusté ces champagnes au pas de course. En effet, ils auraient été tout autres après 30 minutes de repos en bouteille ouverte. Je ne parle pas de carafer ce qui tue les bulles mais une aération en bouteille épaulée fait merveille avec les champagnes à mon avis, et si nous le faisons avec les vins tranquilles nous ne l'avons pas fait ici, en partie car nous n'avons pas pu le faire chez nous avant de venir sans perdre trop de bulles en route, mais aussi car nous avons le réflexe du pop-n-pour avec les vins effervescents.

Domaine Bott-Geyl Paul-Édouard Crémant d'Alsace, $27
Brioche, beurre, tarte aux pommes au nez mais pas très intense. En bouche du rancio, une bulle inexistante, de la tourtière aux pommes. Lourd. Encore ? Non.

Fleury, Champagne Extra Brut 2004, $81
De la craie, du beurre et une touche anisée au nez. Bien fait. En bouche de la crème fraîche, une rétro sur les coquillages. C'est long et gouteux. Encore ? Oui, bien qu'un peu cher. Mais il y en a à la SAQ Dépôt !

Bérêche et fils, Champagne 1er cru 2012 Les Monts Fournois Extra Brut, $116
Un nez à la belle projection (après 20 minutes dans le verre), sur les fleurs blanches, la poire, la poire oxydée légèrement, un peu de beurre. En bouche c'est de la crème patissière, du citron qui se développe en crème au citron, une longue finale sur la craie. Le tout est soutenu par une acidité très tranchante. Une beauté à attendre. Encore ? 1-2 bouteilles pour dans 2-3 ans.

Égly-Ouriet, Champagne Blanc de Noirs Grand Cru Les Crayères, $214
Au nez pomme cuite, thé, coing façon vouvray moelleux ! En bouche de la levure, de la pomme et une bonne acidité. Cependant on sent une oxydation non naturelle, surtout que nous l'avons édjà dégusté. C'est une bouteille off.

Pierre Gerbais, Champagne L’Audace, $69
Au nez de la pomme et surtout de la laine mouillée, qui est un marqueur de TCA en faible quantité, mais peut être présent dans le champagne il est vrai. En bouche de la pomme, ça reste assez générique comme un champagne pomme-citron qui finit court. Je pense que c'est une bouteille faiblement bouchonnée ou déviante. Car il faut savoir que l'audace de cette cuvée est d'être entièrement sans souffre. Par ailleurs si on se fit aux commentaires d'autres dégustateurs, comme Avicenne sur ce site, on devrait avoir un champagne brioché, exubérant. Encore ? J'en ai racheté une pour vérifier. 8-)

Pol Roger, Brut Réserve 2008, $95
Un nez très fin de poivre blanc, salin. En bouche c'est du velours : crème fraîche, coquillage, salinité qui accompagne. C'est élégant et long. Encore ? Oh oui, c'est tout un RQP (pour la champagne).

Roederer, Cristal 2009, $300
Nez complexe, on le sent de suite. Crème au citron, plusieurs épices douces qui se relaient. Enbouche c'est infiniment long, très élégant. Profond. Citronné, salin, prendra 30 minutes à s'ouvrir mais devrait être encore meilleur avec plus de temps. Encore ? Oui oui, offrez-moi une caisse !

Beaumont des Crayères, Fleur de prestige, Champagne 2006, $57 à la LCBO
Nez de beurre, de citron et de safran. En bouche de la pomme cuite, rond mais avec une belle structure. PAs très long. Classique, mais bien fait. Encore ? Le RQP est fort chez celui0-ci, envoyes-donc !

Bérêche et Fils, Ormes Rouge Les Montées, Coteaux Champenois rouge 2014, $98
Au nez de la cerise un peu noyée dans le boisé luxueux d'une noisette grillée. En bouche la cerise fraîche domine cette - encore - noisette, avec une finale sur la ronce. Encore ? Bof. Une pour voir dans 10 ans ?

Bollinger, La Côte aux Enfants, Coteaux Champenois rouge 2013
Un nez lacté vanillé qui s'ouvrira par la suite sur de la cerise et de l'orange sanguine. En bouche la cerise noire est accompagné d'épices et d'une profondeur de premier cru bourguignon. Belle acidité qui donne la structure. C'est long. Encore ? Trop cher mon ami ! Mais si tu es en fonds, il peut faire un beau pirate sur un vol de côte de nuits.

[bÉgly-Ouriet, Champagne Rosé, $146[/b]
Nez de fraise et de crème patissière. Enbouche c'est acidulé, très frais avec une framboise crue qui accompagne une superbe longueur. Une finale très amère gâche un peu le tableau. Encore ? Pour le prix pas certain.
Dernière édition par ant-1 le Mar 17 Avr 2018 10:25, édité 1 fois.
"Le problème avec la boisson, c'est que s'il se passe quelque chose de triste, on boit pour oublier ; de gai, on boit pour célébrer et quand il ne se passe rien on boit pour que quelque chose arrive." - Bukowski

Hanibal
Messages : 690
Inscription : Jeu 19 Oct 2017 15:25
Nom usager CellarTracker : Hanibal
Localisation : Montreal

Re: Chapitre de Villeray, Champagne !

Message par Hanibal » Dim 15 Avr 2018 15:35

ant-1 a écrit :
Dim 15 Avr 2018 15:23
Bon, il ne sera pas dit que JB sera le seul à faire des CRs pour le club.
J'attendais beaucoup cette dégustation car j'ai un amour grandissant pour les champagnes, ma cave est passée de 4 bouteilles à comme 30 en trois mois. Je découvre qu'on peut boire le champagne sur plusieurs jours (c'est souvent meilleur le lendemain !), le faire vieillir et surtout le servir autrement qu'à l'apéro. Je me régale ! À ce sujet je conseille le superbe livre de Peter Liem, qui est une aubaine à 50$ avec ses cartes magnifiques et contient une mine d'information. Son site champagneguide.net est également une mine d'infos, malheureusement c'est un one-man-army donc il ne goûte pas tous les millésimes.

C'était une dégustation exceptionnelle, surtout grâce à la bouffe de Mauvaise Langhe qui m'a pratiquement fait exploser l'estomac (j'ai eu mal trois jours), le chapon farci, quelle incroyable recette !
Cependant je reste un peu sur ma faim car je pense que nous avons dégusté ces champagnes au pas de course. En effet, ils auraient été tout autres après 30 minutes de repos en bouteille ouverte. Je ne parle pas de carafer ce qui tue les bulles mais une aération en bouteille épaulée fait merveille avec les champagnes à mon avis, et si nous le faisons avec les vins tranquilles nous ne l'avons pas fait ici, en partie car nous n'avons pas pu le faire chez nous avant de venir sans perdre trop de bulles en route, mais aussi car nous avons le réflexe du pop-n-pour avec les vins effervescents.

Domaine Bott-Geyl Paul-Édouard Crémant d'Alsace, $27
Brioche, beurre, tarte aux pommes au nez mais pas très intense. En bouche du rancio, une bulle inexistante, de la tourtière aux pommes. Lourd. Encore ? Non.

Fleury, Champagne Extra Brut 2004, $81
De la craie, du beurre et une touche anisée au nez. Bien fait. En bouche de la crème fraîche, une rétro sur les coquillages. C'est long et gouteux. Encore ? Oui, bien qu'un peu cher. Mais il y en a à la SAQ Dépôt !

Bérêche et fils, Champagne 1er cru 2012 Les Monts Fournois Extra Brut, $116
Un nez à la belle projection (après 20 minutes dans le verre), sur les fleurs blanches, la poire, la poire oxydée légèrement, un peu de beurre. En bouche c'est de la crème patissière, du citron qui se développe en crème au citron, une longue finale sur la craie. Le tout est soutenu par une acidité très tranchante. Une beauté à attendre. Encore ? 1-2 bouteilles pour dans 2-3 ans.

Égly-Ouriet, Champagne Blanc de Noirs Grand Cru Les Crayères, $214
Au nez pomme cuite, thé, coing façon vouvray moelleux ! En bouche de la levure, de la pomme et une bonne acidité. Cependant on sent une oxydation non naturelle, surtout que nous l'avons édjà dégusté. C'est une bouteille off.

Pierre Gerbais, Champagne L’Audace, $69
Au nez de la pomme et surtout de la laine mouillée, qui est un marqueur de TCA en faible quantité, mais peut être présent dans le champagne il est vrai. En bouche de la pomme, ça reste assez générique comme un champagne pomme-citron qui finit court. Je pense que c'est une bouteille faiblement bouchonnée ou déviante. Car il faut savoir que l'audace de cette cuvée est d'être entièrement sans souffre. Par ailleurs si on se fit aux commentaires d'autres dégustateurs, comme Avicenne sur ce site, on devrait avoir un champagne brioché, exubérant. Encore ? J'en ai racheté une pour vérifier. 8-)

Pol Roger, Brut Réserve 2008, $95 pour le 2009
Un nez très fin de poivre blanc, salin. En bouche c'est du velours : crème fraîche, coquillage, salinité qui accompagne. C'est élégant et long. Encore ? Oh oui, c'est tout un RQP (pour la champagne). Malheureusement ce n'est pas encore dispo ici, car les 2009 (année plus chaude) sont arrivés avant les 2008. Viendra-t-il ? Je le souhaite !

Roederer, Cristal 2009, $300
Nez complexe, on le sent de suite. Crème au citron, plusieurs épices douces qui se relaient. Enbouche c'est infiniment long, très élégant. Profond. Citronné, salin, prendra 30 minutes à s'ouvrir mais devrait être encore meilleur avec plus de temps. Encore ? Oui oui, offrez-moi une caisse !

Beaumont des Crayères, Fleur de prestige, Champagne 2006, $57 à la LCBO
Nez de beurre, de citron et de safran. En bouche de la pomme cuite, rond mais avec une belle structure. PAs très long. Classique, mais bien fait. Encore ? Le RQP est fort chez celui0-ci, envoyes-donc !

Bérêche et Fils, Ormes Rouge Les Montées, Coteaux Champenois rouge 2014, $98
Au nez de la cerise un peu noyée dans le boisé luxueux d'une noisette grillée. En bouche la cerise fraîche domine cette - encore - noisette, avec une finale sur la ronce. Encore ? Bof. Une pour voir dans 10 ans ?

Bollinger, La Côte aux Enfants, Coteaux Champenois rouge 2013
Un nez lacté vanillé qui s'ouvrira par la suite sur de la cerise et de l'orange sanguine. En bouche la cerise noire est accompagné d'épices et d'une profondeur de premier cru bourguignon. Belle acidité qui donne la structure. C'est long. Encore ? Trop cher mon ami ! Mais si tu es en fonds, il peut faire un beau pirate sur un vol de côte de nuits.

[bÉgly-Ouriet, Champagne Rosé, $146[/b]
Nez de fraise et de crème patissière. Enbouche c'est acidulé, très frais avec une framboise crue qui accompagne une superbe longueur. Une finale très amère gâche un peu le tableau. Encore ? Pour le prix pas certain.
J'ai déjà acheté le 2008 de Pol Roger ou je me trompe ?

Mat_clout
Messages : 1252
Inscription : Jeu 25 Juil 2013 7:29
Localisation : Rive nord

Re: Chapitre de Villeray, Champagne !

Message par Mat_clout » Dim 15 Avr 2018 17:00

Merci de vos CR!
J’aime beaucoup le Égly rosé qui était en IP par le passé.
Je laisse vieillir un bon 3-4 ans cette cuvée, ça lui est généralement très bénéfique.
:Bonjour:

Avatar de l’utilisateur
ant-1
Messages : 1298
Inscription : Ven 23 Nov 2012 14:04
Nom usager CellarTracker : ant-1
Localisation : Montréal

Re: Chapitre de Villeray, Champagne !

Message par ant-1 » Mar 17 Avr 2018 10:26

Hanibal a écrit :
Dim 15 Avr 2018 15:35
J'ai déjà acheté le 2008 de Pol Roger ou je me trompe ?
Mon erreur, j'ai confondu avec le Blanc de blanc millésimé qui est dispo en 2009 seulement. J'ai corrigé mon message.
"Le problème avec la boisson, c'est que s'il se passe quelque chose de triste, on boit pour oublier ; de gai, on boit pour célébrer et quand il ne se passe rien on boit pour que quelque chose arrive." - Bukowski

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité