Semaine du 28 juin 2020

Quels sont vos vins dégustés cette semaine
.
Répondre
Avatar du membre
bedarddd
Messages : 1606
Enregistré le : jeu. 24 juil. 2014 22:12
Nom usager CellarTracker : B8D4RDDD
Localisation : Chaudière-Appalaches

Semaine du 28 juin 2020

Message par bedarddd » mer. 01 juil. 2020 0:02

Domaine Thymiopoulos Terre et Ciel 2018 (Gi kai Ouranos Xinomavro)
SAQ N° 11814368
32.25 $
14 % alc

Robe claire.
Nez d'une bonne intensité gorgé de fruits style fraise sauvage bien mure et cerise, qui me rappelle instantanément Rapsani 2016 et son soupçon de brett à la Musar.
En bouche, il y a tout autant d'intensité avec une belle attaque fruitée, une bonne acidité, tanins présents mais souples accompagnés d'une finale relativement rustique d'une belle longueur et complexité.
Le nez n'a pas bougé le lendemain, et en bouche il est devenu légèrement plus sage en gagnant un brin de sucre et d'épice.
90pts

J'ajoute ce Domaine Thymiopoulos dans ma liste de producteurs dont les vins ont des caractéristiques particulières qui procurent bien du plaisir à déguster !



Avatar du membre
Le cave à vins
Messages : 3018
Enregistré le : mar. 12 juin 2007 17:38
Localisation : Montréal

Re: Semaine du 28 juin 2020

Message par Le cave à vins » mer. 01 juil. 2020 15:37

Champagne Egly-Ouriet Brut tradition Grand cru
Dégorgement janvier 2017. Riche, profond, large, complexe, long et fin. Un Champagne de gastronomie. Vraiment excellent.

C9P 1991, Château de Beaucastel
Ce vin a clairement connu de meilleurs jours. Il était cependant loin d'être mort. Sur un profil tertiaire, mais avec un fruit rouge résiduel et une belle harmonie d'ensemble. Fort agréable sur 3 heures, du premier au dernier verre.

Alsace Grand Cru Shoenenbourg 2007, Marcel Deiss
Robe dorée avec reflets cuivrés. Nez invitant de fruits tropicaux, avec une pointe pétrolée. Bouche généreuse mais un peu diffuse. L'équilibre n'y est pas. Le sucre n'est pas contrebalancé par l'acidité ou par la texture. Déception, puisque mes attentes étaient élevées (tout comme le prix).

Chinon Les Grézeaux 2009, Bernard Baudry
Style bordelais. Beaucoup de classe. Bouche ample et complexe, avec des fruits noirs, du graphite, du cuir, du cèdre. Les tanins sont plutôt fondus. Bonne longueur. Beaucoup de plaisir avec cette bouteille. Aucune presse pour les autres qui dorment.

Bandol Longue Garde 2009, JP Gaussen
Bien expressif dès le départ. Sur les fruits noirs, le poivre blanc, la garrigue et la poussière de roches. Les tanins sont nombreux mais ronds. La texture est feutrée. Très bon maintenant, mais il y a un intérêt pour une plus longue garde (le nom dit vrai!).
Nul n'est censé ignorer la Loire! Glougueule.fr

alain roy
Messages : 499
Enregistré le : sam. 22 déc. 2018 13:29
Localisation : Montréal

Re: Semaine du 28 juin 2020

Message par alain roy » sam. 04 juil. 2020 12:08

La Fond de Tonin 2010, Gigondas, dom. la Bouïssière, acheté en 2012, 50$.

Pourquoi pas un p'tit dernier Gigondas...70% grenache 30% mourvèdre si je me fie à la fiche saq du 2016. J'ouvre pour mettre en carafe, ouille la vieille robe...Pas tant mais bon ça a fait "oh" quand j'ai versé. Puis le nez ouille encore, ça fait plus "fond de tonneau" que "Fond de Tonin", Oxy Lady est pas loin ! Je prends même pas la peine d'y goûter et j'ouvre sa jumelle icto facto: déjà la robe est moins vintage et le bouquet plus avenant. Je laisse les deux tranquilles 2 heures.

Deux heures plus tard donc je débute par hypothèse Oxy Lady: de la robe encore belle en son centre mais carrément brunâtre au pourtour. Le nez arrache pas mais rebute quand même, il y a du bouillon cheap en poudre. Et bah, la bouche est moins pire que ce que je craignais: texture veloutée, fruité opulent et sucré, pointe acide, amers rough et finale poivrée qui arrache un peu. Je suis déboussolé !

Je passe à l'autre: robe nettement plus jeune, évoluée oui mais par un pourtour ocré plutôt que brunâtre. Le bouquet est timide, moins puant !, sur le fruit confit et le bois mouillé...En bouche, différent mais de même famille que le précédent: la texture et le fruité sont plus tendres, mais la finale arrache plus !!! Je reviens à l'autre, me semble désormais carrément oxydé et il finit dans l'évier. Je reviens au 2ième, moins de doute, y'arrache mais pas à cause d'Oxy Lady car plus harmonieux dans l'ensemble...Aidez-moi kèkun ! Avec le temps et la bouffe, ouache il va rejoindre sa jumelle dans l'évier :lol:

J'avais beaucoup aimé en 2012 (2 ans d'âge). La morale il me semble, c'est qu'il faut s'y connaître et bien cibler ses achats (les vignerons) en Gigondas si on veut les garder...car j'ai jamais été déçu par leur jeunesse ! Ce soir j'ouvre un Château Raspail 2006 hé hé, ça peut pas finir comme ça. 8-)

Avatar du membre
Feelix
Messages : 234
Enregistré le : dim. 19 févr. 2012 13:22
Nom usager CellarTracker : Feelix
Localisation : Hamminkeln, Allemagne

Re: Semaine du 28 juin 2020

Message par Feelix » sam. 04 juil. 2020 15:37

Château Senejac 2015

Belle robe d’un rouge grenat. Au nez ça sent les petits fruits noir. En bouche on retrouve le cassis et un petit côté poivrer. Une petite tension mentholée avec des tanins bien fondu. La finale est quelques peu courte par contre.

Frais et digeste il s’est bu rapidement. Je crois qu’il a atteint son plateau et devrait le conserver encore quelques temps.

alain roy
Messages : 499
Enregistré le : sam. 22 déc. 2018 13:29
Localisation : Montréal

Re: Semaine du 28 juin 2020

Message par alain roy » dim. 05 juil. 2020 19:40

Château Raspail 2006, Gigondas, Christian Meffre, acheté en 2009, 30$.

Pnp. Superbe robe, chic, brillante, classy, grenate moyennement soutenue, limpide et orangée au pourtour. Elle doit bien avoir honte de ses cadettes Tonin de 2010 ! Bouquet subtil et élégant, sur le fruit rouge confit genre framboise limite cerise, fleurs séchées, épices douces, bois.

Dès l'entrée je sais que je vais aimer, mais pas aveuglément ! Sans niaiser ce vin plus âgé de 4 ans que les Tonin n'a rien à envier à ceux-ci, faut dire que c'était facile à battre Laughing ! Sans niaiser encore une fois, ce vin frappe au coeur tellement sa finesse est réconfortante. L'entrée se fait donc en douceur sur une texture magique, angélique, de soie, cocooneuse, laissant librement s'exhiber un fruité rouge galant, généreux, doucereux, céleste, le tout étant d'une légèreté et d'une fraîcheur étonnantes. La finale gratifie de beaux amers nobles , s'éternise sur le fruité gracieux et appelle urgemment la prochaine gorgée pour toucher à nouveau cette texture incroyablement caressante et le fruit et la suite alléluia...Un vin à son apogée, savoureux, addictif, touchant et proche du Grand...Avec temps et bouffe il continue sur sa lancée, ne se lassant pas de procurer un grand plaisir. Je m'attendais vraiment pas à ça, les Gigondas se suivent mais ne se ressemblent pas...la magie du vin ! Maintenant je peux passer en paix à une autre appellation la semaine prochaine.

Lendemain: belle robe, bouquet tel hier, et bouche tout à fait...exquise. Un vin à son apogée, en plénitude, épanoui, solidement savoureux et d'une grande délicatesse (encore plus qu'hier). Après une petite recherche, j'ai vu que ce vin avait été noté 14/20 par la RVF et Gault en 2009. Mais bon moi je suis pas un expert mais ma bouche a dit en 2020 menum ! :wink:

Y a-t-il des fous amateurs de Gigondas qui auraient le goût de partager leurs avis sur les bons producteurs et la longévité des Gigondas ? J'aimerais bien avoir d'autres opinions et BenAfnam aussi je crois ! :!:

Bloc d'annonce

Avatar du membre
nick72
Messages : 1264
Enregistré le : mar. 20 mars 2007 21:57
Localisation : montreal

Re: Semaine du 28 juin 2020

Message par nick72 » sam. 11 juil. 2020 11:24

Retour sur quelques vins des deux dernière semaine, un brin paresseux dernièrement.

Première Bouteille ouverte pour mon 48ème le 4 Juillet dernier, Charton & Trébuchet Chassagne Montrachet 1er Cru ''Les Morgeots'' 1995, un quart de siècle sur cette bouteille j'avais mes craintes mais ce sont dissipées aussitôt Le bouchon ouvert,il était trempe au 3/4, Couleur sublime dorée, au nez un mélange de fruit blanc mûr,massepain, herbes sauvages notes de caramel salé en arrière plan.
En bouche c'est gras, linéaire, beaucoup de classe,du fruit, brin de cêpes en retro,pointe d'oxydation vraiment minime, caractère minéral et il reste juste assez d'acidité pour tenir l'ensemble qui est vraiment féminin, complexe et délicieux.
Excellente bouteille pour partir le Bal.
Image
Campaccio Terrabianca selezione Riserva 1997 ( Magnum)

Pas grand chose à l'ouverture, Mince, ceux qui me connaisent savent que je n'ai point peur de prendre des chances, alors Splash decant....après 1.5 heures cela y est! le vin de dévoile sur des notes de Tabac de chocolat de cuir et de cerises.
Beau volume en bouche, reste encore du fruit, saveurs de Moccha pointe de sucre, un peu unidimensionel mais très plaisant comme vin qui se termine sur une belle finale fruit rouge macérés dans l'alcool.
Un vin qui a certainement bien vieillis dans ce format Magnum.
Image

Chateau Musar 1999

Bouteille provenant du nouvel arrivage, vraiment a son apex je pense, le vin se dévoile des l'ouverture de la bouteille, je l'ai quand même carafé 30 minutes pour bien le dégourdir.
Signature typique Musariène sur le fruit Mûr les épices douces, bouche pleine mais sans lourdeur, aérien, éthérée sur les prunes,la rose, enveloppe légerement sucrée avec un fil d'acidité qui tiens le vin ensemble, très belle finale de longueur bien acceptable...un très beau Musar qui est prêt mais qui devrait rester sur ce registre encores quelques années.
Image
Val di Suga Brunello di Montalcino 2004

Très belle robe qui est assez bien tuilée, au nez c'est explosif de grains de café de mocha,fruit rouge et fleurs fanées, en bouche le vin se tient encore très bien, densité moyenne et une belle épine d'acidité, les relents de fruit rouge et de café s'entremèle en bouche,petit côté herbacé une mini pointe de tomate en arrière plan qui se fait sentir....un très beau Brunello typique, pas explosif et hyper concentré comme certains mais plaisant a souhait pour mes papilles, encore assez de matière pour être bu sur les 4 prochaines années.

Jean Luc Colombo Le Rouet Hermitage 2005
Hermitage
Déception de la soirée pour moi, pas que le vin est mauvais mais tellement travaillé que si j'aurais goûté à l'aveugle jamais j'aurais ''callé'' Hermitage, terreux avec beaucoup de fruit noir,une sucrosité en bouche qui me déplait , trop de rondeur malgré l'acidité qui y est, tanins polis...finale un peu courte.

Hier soir .

Domaine Jean-Paul et Benoit Droin Chablis 2018

Le ptit Chablis du Domaine Droin, classique au nez avec ses notes d'agrumes et un peu de Lie, coquillages, en bouche c'est moyennement gras et bien droit, linéaire et soutenue par une minéralité saline, un bel effort mais comme a l'habitude en Bourgogne un peu cher pour ce qu'il y as dans le verre.

Vina Bosconia reserva Lopez de Heredia 2007

2007 l'année de ma première visite en Espagne, en juillet tous les vignerons me mentionnaient que ce serait une année de misère, année de misère ou rien n'en ressort dans cette belle bouteille de Rioja.
Encore trop Jeune pour moi même après 3 heures de carafe mais tout y est, au nez de la cassonade, du cèdre et des d'épices, pointe de vanille mais pas trop.
En bouche du beau fruit rouge,notes de sous bois, acidité et tannins pas encore assouplis et nullement lourd, belle fraîcheur et finale sur le fruit et les épices qui est assez longue, Classique Lopez de Heredia mais qui se dévoileras sur ses plus beaux jours dans une dizaines d'années. Une chose a retenir ce vin est vendu a un prix très favorable ici au Québec comparé aux prix du marché Nord-Américan.

Répondre